Zola Jackson

Mercure de France, 2010.

 

 

« On nous l’avait promis. Juré. Que les nouveaux ouvrages jamais ne céderaient. Solides comme le roc. Plus forts encore que le barrage Hoover – un rempart infrangible. On nous l’avait promis et bêtement j’y ai cru. Zola ! Sois maudite ! Zola tu étais mère, comment as-tu pu t’aveugler à ce point ?… Mon enfant est loin depuis longtemps. Dieu merci, mon enfant vit au loin. Au nord. Mon enfant a préféré le froid où jamais la sueur ne trahit en auréoles fautives sous les bras. Il avait raison, ce pays sous la mer ne vaut rien. Nos métiers ne valent rien. Nos maisons de bois ne valent rien. Mais ce piège est le mien, c’est là que je vis, c’est ma maison, mon cabanon, je n’ai qu’elle, elle et Lady. »

 

Août 2005, delta du Mississippi : l’ouragan Katrina s’abat sur la Nouvelle-Orléans. Les digues cèdent sur le lac Pontchartrain et les quartiers modestes sont engloutis.

La catastrophe touche de plein fouet la communauté noire. Tandis que ses voisins attendent des secours qui mettront des jours à arriver, l’institutrice Zola Jackson s’organise chez elle pour sa survie. L’eau continue de monter, inexorablement. Depuis le ciel, les hélicoptères des télévisions filment la mort en direct.

Réfugiée dans le grenier avec sa chienne Lady, Zola n’a peut-être pas dit son dernier mot. 

Zola Jackson a reçu le prix Été du Livre /Marguerite Puhl-Demange.

 

 

Folio n° 5260.

Flammarion, coll. Étonnants Classiques.

Cette édition richement annotée contient le texte intégral, trois dossiers pédagogiques, un cahier photos de 8 pages et une interview exclusive de l'auteur.