Eddy Wiggins, le noir et le blanc

Naïve éditions, 2008.

 

 

Gilles Leroy, prix Goncourt 2007, s'est placé au plus près, scrutant les 130 photos inédites de ce livre pour dessiner en creux, le portrait d'Eddy Wiggins, photographe resté dans l'ombre des lumières du music-hall.
Amoureux des nuits de fête de la rive droite, Eddy Wiggins a couvert de son regard malicieux les années 1950 et 1960 à Paris. Caché derrière son Rolleiflex 6x6, il a photographié Louis Armstrong, Count Basie, Ray Charles, Dizzie Gillespie... aussi bien que Joséphine Baker, Dalida, Johnny Hallyday ou Jean Cocteau, Jean Renoir et Gina Lollobrigida. Ces clichés pris en confiance avec les artistes, souvent dans les coulisses de l'Olympia, sont autant de témoignages d'une époque, d'une atmosphère, celle de la liberté qui régnait dans le milieu du jazz à Paris, celle des couples amoureux en noir et blanc.  (Note de l’éditeur.)

Eddy Wiggins, autoportrait. 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Eddy_Wiggins